Avec la situation sanitaire actuelle, le montant de l’épargne des Français a considérablement augmenté. La collecte du livret A a ainsi atteint 20,5 milliards d’euros depuis le début de l’année, là où elle n’était que de 11,5 milliards d’euros l’année passée1. Pourtant, cette augmentation inquiète et la baisse de la consommation est perçue comme très négative pour l’économie. Et si on décidait d’utiliser cette épargne à bon escient ? Votre épargne a beaucoup plus de pouvoir que ce que vous l’imaginez, elle pourrait même contribuer à financer la transition énergétique et ainsi inverser la tendance. Tel est le principe de l’épargne responsable ou durable. Elle a pour but de prendre en considération des critères financiers mais aussi extra financiers comme l’environnement ou le social. Ainsi, si vous souhaitez faire fructifier votre épargne tout en participant au financement de projets durables, voici quelques informations pour devenir un expert de l’épargne responsable et savoir distinguer les opportunités de placements durables.

Un constat nécessitant des actions

Aujourd’hui, on note des changements importants sur notre planète dus au dérèglement climatique. Quelle en est la cause ? Selon 97% des scientifiques dans le monde, c’est l’Homme et surtout son impact. L’augmentation des émissions de gaz à effet de serre engendre le bouleversement des écosystèmes, ainsi que des phénomènes climatiques aggravés, qui pourraient rendre des villes comme Bordeaux inhabitables en 2100. Ce constat alarmant pousse les générations actuelles et futures à agir pour l’environnement et à demander aux gouvernements plus de considération pour l’écologie. En conséquence, les manifestations et marches pour le climat sont de plus en plus récurrentes en France, mobilisant chaque fois plusieurs centaines de milliers de personnes.

Dans un même temps, les gouvernements se mobilisent pour limiter les effets du changement climatique, en signant l’Accord de Paris qui vise à contenir l’élévation de la température moyenne de la planète. Cependant, la réduction des émissions de CO2 exige des investissements massifs de l’ordre de 3 000 milliards d’euros2 par an au cours des prochaines années.

Pour parvenir à financer ces investissements, tous les acteurs doivent se mobiliser : gouvernements, entreprises et citoyens, en soutenant des projets de transition. Et l’une des réponses à cette transition est la finance verte. Pourtant aujourd’hui, 70% de l’épargne bancaire en France finance les énergies fossiles alors que les Français demandent plus de considération pour la protection de l’environnement. La raison de cette incohérence ? 91% des Français ne se sont jamais vu proposer par leur conseiller bancaire ou financier des produits d’épargne responsable3.

À ce jour, la révolution verte n’a pas encore eu lieu, comme en attestent ces chiffres. Pourtant, 440 milliards d’euros dorment sur les comptes des français. La finance peut donc jouer un rôle majeur pour la planète et pourrait avoir un impact immense si chacun re-dirigeait cette épargne dormante, vers la finance durable.

Comment distinguer un investissement responsable  ?

Sur les marchés financiers, certains labels sont des indicateurs simples et sûrs pour identifier des investissements responsables. Auprès de votre conseiller bancaire ou boursier, vous pourrez demander à avoir accès à des placements labellisés par ces trois intitulés, qui assurent que les projets financés auront un impact positif4 :

En dehors des labels Finansol, I.S.R ou Greenfin et d’autres, il existe différents produits financiers qui ont chacun leur particularité et permettent de financer des projets durables. En voici quelques exemples :

  • L’obligation verte : les obligations sont des formes d’emprunt émises sur le marché par des entreprises qui cherchent à se financer auprès d’investisseurs. Elles sont dites “vertes” quand les fonds levés servent à réaliser des projets contribuant à la transition écologique : réduction des émissions de gaz à effet de serre, utilisation d’énergies vertes, réduction ou valorisation des déchets, transports “propres”, etc.
  • Emprunts à impact : ce sont des obligations qui ont pour but de financer des projets inscrtis dans une démarche de développement durable pour des entreprises prenant en considération des critères environnementaux ou sociaux dans l’élaboration de leur stratégie. En effet, la particularité de ce produit financier est qu’il s’adresse aux entreprises qui ont un projet durable et une politique RSE active (Responsabilité Sociale et Environnementale).
  • LDDS, livret de développement durable et solidaire : c’est un livret d’épargne bancaire qui a pour but de financer les petites et moyennes entreprises œuvrant pour l’économie sociale et solidaire mais aussi de financer des travaux d’économie d’énergie dans les anciens bâtiments. Par exemple, le LDDS finance la réhabilitation thermique des établissements scolaires ou de centres sociaux en France. Il peut être ouvert par toute personne majeure qui a son domicile fiscal en France et son taux d’intérêt est fixé à 0,75%.

Vous pourrez trouver ces différents produits et labels dans des banques classiques et généralistes, mais aussi et surtout dans certaines néo-banques spécialisées sur ce type d’investissement responsable, comme Green Got, Helios, OnlyOne, ou encore la Nef et le Crédit Coopératif.

Les alternatives au marché financier

Et si vous avez la volonté de diversifier vos investissements, ou que vous souhaitez choisi le projet sur lequel vous placez votre argent, l’économie réelle peut aussi vous proposer des investissements responsables, pour cela, plusieurs options sont possibles :

  • Le crowdfunding avec contrepartie : Le don avec contrepartie vous permet de soutenir des porteurs de projet et de bénéficier de contreparties exclusives : produits, séjours ou expériences. De nombreuses plateformes existent aujourd’hui telles que Ulule – qui finance tous types de projets – , Kickstarter – qui finance des projets culturels – ou encore MiiMOSA – qui finance l’agriculture et l’alimentation durables.
  • Le crowdlending : il vous permet de financer des projets porteurs de sens qui supportent directement l’économie réelle. Vous vous positionnez ici comme prêteurs et vous percevez des intérêts sur vos investissements : la moyenne du marché est aujourd’hui de 6,5%5. Vous serez alors remboursé mensuellement du capital et des intérêts. Certaines plateformes comme Lendopolis sont assez généralistes, d’autres comme MiiMOSA sont spécialisées dans la transition agricole, alimentaire et énergétique. Il existe également des acteurs comme Solylend qui propose des investissement immobiliers durables.
  • Le royalty crowdfunding : le financement en royalties vous permet d’investir dans des entreprises qui vous reversent des montants proportionnels à leur chiffre d’affaires (contrairement à un prêt à échéances fixes). Très développé dans le monde anglo-saxon, la plateforme française We Do Good propose aussi d’investir dans des projets à impact positif en ayant recours à des levées de fonds en royalties.
  • Le crowdequity : il s’agit d’un financement participatif en capital, qui vous permet d’entrer au capital de l’entreprise qui se finance. Vous devenez actionnaire de l’entreprise et vous percevrez des dividendes. Ces investissements sont moins liquides car pour récupérer votre investissement, il sera nécessaire que les fondateurs de l’entreprise ou des investisseurs rachètent vos parts, ou que l’entreprise s’introduise en Bourse. Des plateformes telles que Wiseed, Enerfip ou Lita.co proposent ce type d’investissement pour des entreprises durables.

Le financement participatif vous permet d’investir facilement dans l’économie réelle et vous donne accès à une variété de projets éthiques. Avec ce mode d’investissement, vous choisissez vous-même les projets que vous soutenez : sur votre territoire ou sur une thématique qui vous tient particulièrement à cœur.

La finance responsable peut se présenter sous différentes formes et il est important d’en connaître toutes ses possibilités pour savoir où vous avez vraiment envie d’investir. Pour chaque placement, vérifiez bien l’impact et la transparence de cet investissement pour être sûr que votre épargne ait une influence positive sur notre monde.

Vous avez maintenant les clefs pour distinguer les investissements à impact positif.

Alors prêt(e) à investir durable ?

Si vous aussi, vous voulez participer au financement d’un domaine économique porteur de sens 👉 RDV sur www.miimosa.com

Et si vous avez besoin de plus d’informations avant de vous lancer, on vous laisse aller jeter un œil à notre article Comment prêter sur MiiMOSA ?

1 Selon Le Parisien

2 Selon la vidéo de Novethic

3Selon un sondage de l’IFOP

4Selon Ethicvie

5Selon Les Echos