En 2020, nous vous en parlions déjà dans cet article, nous avons réalisé une première étude d’impact en menant une grande enquête auprès de plus de 4 500 membres de notre communauté : entrepreneurs, agriculteurs, donateurs et épargnants. Nous en avons tiré des témoignages et des résultats. Nous avons appris par exemple que 61% de nos porteurs de projets ont pu s’engager dans leur première démarche de transition environnementale grâce à leur collecte, ou encore que 62% des contributeurs se sont sentis plus proches du monde agricole grâce à MiiMOSA.

L’année dernière, nous avons mesuré notre empreinte carbone en tant que société grâce à la plateforme Carbo. L’ensemble de l’équipe a ainsi été associé à la collecte de données, et vous pourrez trouver plus d’informations concernant l’empreinte carbone de MiiMOSA dans cet article.

Pour aller toujours plus loin dans notre démarche et faire sens avec notre activité, il nous paraissait nécessaire d’évaluer l’empreinte carbone des projets que nous accompagnons. En effet, leur impact au global est bien plus important que le nôtre en tant qu’entreprise.
Nous avons collaboré avec le cabinet Carbone 4 au cours d’une mission qui a duré 7 mois.

La méthodologie du calcul de notre empreinte carbone

Pour cette première analyse de l’empreinte carbone de nos porteurs de projets, nous avons fait plusieurs choix :
1. Nous concentrer sur les collectes en prêt rémunéré, celles en don avec contrepartie étant trop nombreuses pour collecter la donnée, mais aussi moins émissives en carbone (projets plus petits, plus locaux)
2. Nous concentrer sur les 8 filières (sur 10) les plus représentées en nombre de projets et en montant, à savoir : élevage, grandes cultures, maraîchage, horticulture, viticulture, énergies renouvelables et industrie brassicole.

La limite de notre étude est qu’elle ne tient pas compte des émissions évitées et séquestrées. Ces dernières sont particulièrement intéressantes dans le secteur agricole (production d’énergies renouvelables, puits de carbone). Nous travaillons à les intégrer pour notre prochaine étude afin de valoriser la contribution positive de l’agriculture.

Les résultats de l’intensité carbone du portefeuille MiiMOSA

En 2021, l’intensité carbone du portefeuille de MiiMOSA s’établit à 230 tonnes équivalent CO2 par million d’euros prêté, ce qui signifie qu’un million d’euros placé sur MiiMOSA émet 230 tonnes d’équivalents CO2.

Le chiffre à retenir : 1€ placé chez MiiMOSA pollue 2 fois moins qu’1€ placé à la banque.

Ce qu’il nous paraît important de souligner, c’est que ces mesures d’impact ne doivent pas seulement être des états de faits. Elles sont pour nous des bases pour être capables de savoir concrètement où l’entreprise se situe, pour définir des objectifs et pour prendre petit à petit des mesures pour nous améliorer.

Réaliser l’empreinte carbone de notre portefeuille est une étape importante pour comprendre notre impact. Nous avons également pour objectif de consolider cette démarche en intégrant d’autres mesures à notre analyse (biodiversité, ressources).

Nos prochaines étapes pour aller plus loin dans notre engagement

Pour limiter les émissions carbone des projets que nous accompagnons, nous : 

  • proposons des partenaires robustes pour accompagner cette transition grâce aux liens possibles entre les porteurs de projets et les entreprises de notre écosystème 
  • proposons aux porteurs de projet des taux d’intérêt indexés sur leurs résultats environnementaux : plus ils sont positifs, plus les taux sont bas 
  • poursuivons notre travail de sensibilisation des citoyens sur le rôle de la transition agricole et de la finance responsable dans la résolution des grands enjeux de notre siècle, via des articles, des posts sur nos réseaux sociaux, des événements.

Pour limiter davantage notre empreinte carbone, en tant qu’entreprise, nous allons réaliser un nouveau bilan carbone pour évaluer les impacts des actions que nous avons mises en place, notamment :

  • la relocalisation de nos serveurs en France chez un hébergeur qui s’engage à réduire son impact environnemental
  • la mise en place d’une politique d’achats responsables (matériel informatique reconditionné, choix d’un fournisseur d’électricité verte, etc.)

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à nous les poser !
Rendez-vous à notre prochaine mesure d’impact, avec nous l’espérons de meilleurs résultats à présenter.